ouvronslesfrontieres

Traductions français /espagnol / langue des signes : activisme, désobéissance civile, féminismes, Queer, éducation, décroissance etc. / Traducciones español / francés / lengua de signos : activismo, desobediencia civil, feminismos, Queer, decrecimiento, educación etc.

No nos vamos, nos echan/ On ne part pas, ils nous virent.

313336_500441993325519_1819657655_nthump_2017339iata-copia

Esta semana, quiero presentar la iniciativa “No nos vamos, nos echan” de Juventud Sin Futuro. Este colectivo de jóvenes que surge en abril de 2011 fue uno de los componentes del tejido reivindicativo donde surgió el 15M. Desde entonces su trabajo ha consistido en visibilizar la situación de precariedad de la juventud en el ámbito laboral, educativo y social.  Impulsaron, por ejemplo, la Oficina Precaria; un espacio de coordinación para precari@s y desemplead@s. Su ultima  campaña; “No nos vamos, nos echan” responde al intento del gobierno de disimular la situación de precariedad que obliga a los jóvenes a eligir el exilio. Como por ejemplo ha pretendido hacer la secretaria de inmigración cuando dice que los jóvenes emigran por “espíritu aventurero”. O cuando se habla de “movilidad exterior” en vez de emigración en los discursos y los medios de comunicación. Las últimas reformas laborales, obedeciendo a las lógicas de los mercados, han aumentado el paro y debilitado aún más la situación de los jóvenes (y la de los propios inmigrantes en España  un paralelo que se echa de menos en el planteamiento del colectivo ). Esto es lo que denuncia este movimiento: la crisis, el paro, la precariedad, el exilio… tienen responsables.

No-nos-vamos-nos-echanCette semaine, je veux vous présenter l’initiative “No nos vamos, nos echan (On ne part pas, ils nous virent”) de Juventud Sin Futuro (Jeunesse Sans Futur). Ce collectif de jeunes qui s’est créé en avril 2011 a été l’un des composants du tissu contestataire duquel le mouvement du 15M (indignés) est né. Depuis lors, ils travaillent à rendre visible la situation de précarité de la jeunesse dans le milieu professionnel, éducatif et social. Ils ont par exemple créer le bureau de la précarité: un espace de coordination pour les précaires et les chômeurs. Leur dernière campagne “On ne part pas, ils nous virent” répond à la tentative du gouvernement de dissimuler la situation de précarité qui oblige les jeunes à choisir l’exil. Comme par exemple quand la secrétaire de l’immigration attribue cette vague de départs à « l’esprit aventureux des jeunes » ou quand les médias et les politiques parlent de “mobilité extérieure” au lieu de d’émigration. Les dernières réformes du travail obéissant aux logiques des marchés n’ont fait qu’augmenter le chômage et fragiliser encore plus les jeunes (et celle des immigrants en Espagne, un parallèle qui peut manquer dans .l’exposé du collectif).. C’est ce que dénonce ce mouvement: la crise, le chômage, la précarité et l’exil ont des responsables.

Video en español sous-titré en français.

Video en español sous-titré en anglais (possibilité de traduire les sous-titres en français dans l’onglet sous- titres)

Traduction de http://goteo.org/project/no-nos-vamos-nos-echan?lang=es

Les jeunes sont obligés de choisir entre le chômage, la précarité ou l’exil, ceci en conséquence d’une gestion politique de la crise qui va à l’encontre de la citoyenneté. Face à cette situation, nous avons décidé d’organiser une campagne qui vise à transformer cette réalité en la dénonçant, de façon que ceux qui en souffrent puissent s’organiser pour construire des alternatives.
La campagne « Nous ne partons pas, ils nous virent » est une initiative du collectif Juventud Sin Futuro (Jeunesse Sans Avenir) qui travaille grâce à la création de réseaux de communication entre les jeunes qui sont forcés à émigrer et ceux qui souffrent la précarité en Espagne.

L’objectif de cette initiative est de changer la situation précaire de la jeunesse aussi bien en Espagne qu’ à l’étranger Afin d’y arriver, nous travaillons sur ces principes :

1. La sensibilisation et la politisation d’une émigration qui, jusqu’à ce maintenant, a été considérée comme un phénomène particulier et non comme la conséquence de politiques publiques qui anéantissent le futur de toute une génération. Pour cela, nous avons réuni des informations sur les conditions de travail de de plus de 7000 jeunes dans plus de 50 pays, et, par la même occasion, nous avons présenté une analyse des causes de cet exil forcé, montrant que les trajectoires individuelles de milliers de jeunes sont liées par les mêmes facteurs.

2. La dénonciation sociale des politiques qui nous obligent à l’exil. À partir d’une campagne pluri-supports (réseaux sociaux, matériel graphique, vidéos, rédaction d’un journal, présentation d’un étude sociologique, interviews avec la presse…), nous montrons les causes et les responsables de cette situation, et nous présentons des politiques alternatives en réponse. De plus, nous voulons aussi donner une réplique dans la rue avec des manifestations et concentrations dans différentes villes et pays.

3. L’organisation des jeunes dans plusieurs villes afin de changer nos conditions de vie. Depuis le départ, nous avons signalé que la précarité touche la jeunesse dans beaucoup de pays, et le seul moyen d’y faire face est de s’organiser dans le monde entier. Pour cela, nous avons activé plusieurs canaux de communication entre les jeunes dans des dizaines de villes où ils sont déjà organisés.

4. La création collective de projets afin d’améliorer la situation économique des jeunes. Autant ceux qui sont partis que ceux qui sont restés ont besoin d’outils et d’espaces pour s’aider mutuellement et construire des alternatives à l’actuelle précarité.
La motivation de ce projet vient de la situation précaire de la jeunesse aggravée par la crise et sa gestion. 55% de chômage chez les jeunes, 85% de contrats précaires, des centaines de jeunes que chaque semaine sont forcés à quitter le pays, d’autres milliers qui n’ont même pas la possibilité de s’en aller, l’impossibilité de l’accès au logement…

Ce phénomène a des responsables et nous voulons les désigner grâce à cette campagne, depuis l’Espagne et depuis l’étranger.

480763_10200317316308962_2067199488_n
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: